jeudi 16 juillet 2015

Un couple de Belges plaque tout pour aller vivre en Turquie

Récemment, une famille française a fait le buzz sur les réseaux sociaux après avoir annoncé sur Facebook son intention de quitter définitivement la France pour s'installer au Canada. En Belgique aussi, ils sont nombreux à en avoir marre de leur pays. Certains osent faire le pas et plaquent tout pour aller voir si l'herbe est plus verte ailleurs. C'est le cas de Daniel et Jocelyne, un couple dans la quarantaine qui a décidé de tout quitter pour aller vivre en Turquie pendant deux semaines. Les raisons de leur ras-le-bol sont assez classiques, comme l'explique celui qui a été a l'origine de ce projet fou : « On en avait marre du train-train quotidien et surtout de la météo. Bon, c'est vrai qu'il y a parfois du soleil à Gembloux mais on ne sait jamais combien de temps ça va durer. Ici, les Turcs respectent leurs engagements. Quand ils disent qu'il va faire beau, il fait beau. » Afin de faciliter leur adaptation à leur nouveau pays, le couple a préféré séjourner dans un hôtel 4 étoiles en all-inclusive, afin de ne pas devoir se soucier de cuisiner. Une formule qui enchante Jocelyne : « C'est plus pratique et ce qui nous a frappé en arrivant, c'est qu'ils mangent finalement des choses assez similaires. Il y a des hamburgers, des pizzas, des frites. On n'est pas trop dépaysés. Il y a même un restaurant chinois mais uniquement le jeudi ». Mais qu'en est-il exactement de leur projet de vie en Turquie ? A ce sujet, Daniel est plus évasif : « On est arrivé il y a deux jours mais je dois vous avouer qu'on n'a encore rien fait. On se remet du décalage horaire d'une heure. Et puis ici, c'est une autre culture, il n'y a pas cette pression occidentale de toujours faire quelque chose absolument ! » Une observation anthropologique que tempère légèrement son épouse : « L'animateur de l'hôtel est un peu insistant pour l'aquagym mais sinon, on nous fout la paix ». Le choc culturel a été moins dur qu'appréhendé. Le couple a décidé de ne pas apprendre la langue locale pour une période aussi courte, ce qui ne semble pas trop poser de problèmes sur le lieu de séjour : « On a pris un hôtel avec du personnel qui parle français. C'était trop court pour apprendre le Turc, d'autant plus que leur alphabet est un peu bizarre. » La communication avec leurs voisins ne pose pas beaucoup de difficultés non plus puisqu'ils partagent un étage avec deux familles du nord de la France. En tous les cas, Daniel et Jocelyne ne regrettent pas leur décision, prise sur un coup de tête après avoir reçu une promotion de dernière minute par e-mail. Daniel semble même avoir pris goût à l'aventure : « Aucun regret. Si c'était à refaire l'année prochaine, je prendrais exactement la même décision. C'est pas difficile : on coupe l'eau, on vide le frigo et en route vers l'aéroport ! ».