dimanche 31 janvier 2016

"Superflus", le roman d'Hugo Poliart : « Une véritable arnaque ! »

Je dois faire mon mea culpa. Comme je l'ai déjà annoncé, ceux qui ont acheté « Superflus » ont dans leur bibliothèque quelque chose qui n'est pas seulement un roman. Certains d'entre vous ont peut-être déjà percé le mystère des numéros de chapitre (43, 92, 155...). La formule mathématique pour déchiffrer le message secret contenu dans le livre a été dévoilée devant l’Église du Parvis de Saint-Gilles (voir illustration). Cette formule permet de retrouver une lettre dans chacun des chapitres et former ainsi un message privé de 16 caractères. Pour le premier chapitre : 43 + 20 = 63. 63 / 7 = 9. Racine carrée de 9 = 3. C'est donc la troisième lettre, L. Au deuxième chapitre : 92 + 20 = 112. 112 / 7 = 16. Racine carrée de 16 = 4. C'est la quatrième lettre, E. Et ainsi de suite pour obtenir le message complet: "LENI, PLEASE MARRY ME" Pour la petite histoire, le 20 et le 7 de la formule représentent le 20 juillet, date de la fête nationale en Colombie, mon pays de cœur où se passe l'action de l'histoire.

"Yes!"

En faisant l'exercice jusqu'au bout, vous comprendrez pourquoi « Superflus » n'est pas seulement un roman. Il s'agit d'une demande adressée à quelqu'un qui existe bel et bien dans la vie réelle et qui est juste à côté de moi en ce moment. Et je suis heureux de vous annoncer aujourd'hui que sa réponse est « Yes ! ». Nous allons concrétiser tout cela en septembre 2016.

En écrivant "Superflus", je voulais qu'il soit un peu plus qu'un roman. Chaque exemplaire fait partie d'un tout. C'est aussi une réflexion sur la communication d'aujourd'hui et sur la façon dont nous mettons en scène nos existences, une sorte de télé-réalité de la littérature. Bien sûr, il a fallu pour cela tromper un peu le lecteur sur la véritable nature du livre. Cela n'a toutefois pas empêché l'histoire de Victor Daller d'être appréciée. « Superflus » est même sélectionné pour le Prix Première de la RTBF qui récompense les premiers romans. 

Rendez-vous donc à la Foire du Livre pour le résultat final. J'y serai de toute façon le samedi 20 février à 14h30 au stand "Club". Si vous voulez venir vous plaindre pour cette véritable arnaque littéraire, je vous y présenterai mes plus plates excuses. Que voulez-vous, quand on décide de changer de vie, il ne faut pas le faire à moitié. A bientôt !

Hugo Poliart


A propos de "Superflus"



Victor Daller veut disparaître de sa vie, à l'aide d'une organisation qui lui propose une existence moins misérable. Ce n'est pas si compliqué. Les relations humaines sont devenues éphémères. Mais pour s'assurer que personne ne cherchera à le retrouver, il doit s'isoler pendant plusieurs mois dans un pays lointain. Après avoir vendu tout ce qu'il possédait, Victor commet l'erreur d'acheter un billet pour la Colombie. On l'avait prévenu : le seul risque, c'est de vouloir y rester.

Editions Academia, L'Harmattan. Collection "Livres libres".